ZAZEN sa pratique

 

Comment s'asseoir (Zazen)


Assis en zazen, les yeux concentrés sur le plancher de bois dur, le poli reflète la chute de neige en dehors de la fenêtre. Nous observons notre souffle passer par notre corps. Nous sommes conscients du moment présent. 

 

Asseyez-vous sur le tiers-avant d'une chaise ou d'un coussin. Mettez vos jambes dans une position que vous pouvez maintenir confortablement.

Vous pouvez vous asseoir simplement en seiza avec vos jambes repliées sous votre corps, ou en tailleur (jap.: agura), les jambes croisées. Dans la position du demi-lotus (jap.: hanka), placez votre jambe gauche sur votre cuisse droite (ou vice-versa). Dans la position du lotus (jap.: kekka), mettez vos pieds sur les cuisses opposées.

Dans tous les cas, soyez sûr que votre poids est réparti harmonieusement sur trois points: vos deux genoux sur la terre et vos fesses sur le coussin rond.

Sur une chaise: maintenez vos genoux distants de la largeur de vos épaules, pieds fermement plantés sur le plancher.

Soyez assis bien droit mais sans rigidité. Redressez et étirez votre colonne vertébrale, en la maintenant naturellement droite, centrant votre équilibre dans le bas de l'abdomen. 

Les épaules en arrière, ventre détendu sans être mou. Imaginez une ligne verticale droite passant par le nez jusqu'au nombril, balancez votre corps doucement de gauche à droite, jusqu'à ce que vous trouviez naturellement une position confortable sur votre coussin. Renforcez votre " Hara " la zone située environ 2 largeurs de pouces sous votre nombril. 

Posez votre regard sur le sol à environ 1,5 mètres devant votre corps (2 mètres si vous êtes sur une chaise), les yeux ni entièrement ouverts ni fermés. Si les yeux sont fermés, vous pourriez commencer à rêvasser ou à visualiser des choses.

Placez vos mains sur vos cuisses l'une sur l'autre, paumes vers le haut, le bout des pouces légèrement en contact, formant un ovale horizontal. C'est la mudra de zazen, dans lequel toutes les choses sont unifiées. Placez les côtés des petits doigts contre votre abdomen, au-dessous du nombril, harmonisant votre centre de gravité avec la mudra. Placez votre concentration là, ou si vous vous assoupissez, concentrez votre attention sur votre front, entre vos yeux.

Prenez trois respirations profondes, inspirant avec le ventre qui gonfle vers l'avant, au lieu de ne gonfler que la poitrine, puis expirez entièrement. Laissez votre respiration se faire à son rythme normal. Avec la posture physique appropriée, votre respiration coulera naturellement jusque dans le bas de votre abdomen. Assis sans bouger, commencez à compter vos respirations, 1 sur l'inspiration, 1 sur l'expiration puis 2 sur l'inspiration et 2 sur l'expiration, et ainsi de suite jusqu'à 5. Puis reprenez à 1 mais cette fois jusqu'à 6/6, etc. Jusqu' à 10/10, puis reprenez au tout début jusqu'à 5/5, puis 6/6, etc.

Le but n'est pas de parvenir jusqu'à 10/10, si vous ne pouvez pas garder la trace jusqu' à 10 (beaucoup de débutants ne peuvent pas –  c'est étonnamment difficile) comptez aussi loin que vous le pouvez, même si c'est seulement jusqu'à 3/3 ou 4/4, et recommencez depuis le début. Si vous perdez le compte ou parvenez jusqu'à 10/10, recommencez. Continuez à compter.

Soyez attentif à tout: à votre comptage, à votre respiration, aux bruits et aux odeurs, et sentez l'espace autour de vous.

Lorsque vous avez terminé votre pratique de l'assise silencieuse, balancez doucement votre corps de droite à gauche, dépliez vos jambes et soyez sûr que le sang y circule bien à nouveau et que vous les sentez bien, avant de vous relever

 

Pratiquez chaque jour pendant au moins dix à quinze minutes (30 mn de préférence).

Date de dernière mise à jour : 05/12/2012